Le massacre programmé des chrétiens au Nigéria laisse de glace la « communauté internationale »

(Christianophobie) Les deux attentats de dimanche dernier au Nigéria (voir ici et ) ont été “revendiqués” par le Boko Haram. Un supposé porte-parole de cette secte islamiste – financée et équipée en sous-main par des pays “respectables” comme l’Arabie Saoudite et le Qatar –, Abul Qaqa a défini avec précision les buts stratégiques de son groupe d’assassins lors d’une conférence de presse par téléphone destinée aux journalistes réunis dans la ville de Maiduguri (nord-est du pays) et que l’édition sur internet du journal nigérian Ossun Defender a rapporté le 11 juin : « Nous revendiquons l’attaque suicide contre une église à Jos et également l’autre attaque contre une autre église à Biu (…) L’État nigérian et les chrétiens sont nos ennemis, et nous lancerons des attaques contre l’État nigérian et ses services de sécurité ainsi que contre les églises jusqu’à ce que nous atteignions notre but qui est d’établir un État islamique en place et lieu de l’État laïc ». On ne saurait être plus clair.

Seul homme politique de quelque importance au plan international à avoir réagi, le ministre italien pour la Coopération internationale, Andrea Riccardi, a lancé un appel pathétique : « Le sang chrétien a encore été répandu au Nigéria, conformément à un plan désormais très clair de nettoyage ethnique et religieux. La communauté internationale ne peut plus assister à ce massacre de gens innocents sans intervenir ». Un appel qui n’a pas été entendu. Qu’importe le sang des chrétiens pour la “communauté internationale”…

D.H.

Source : Ossun Defender

Donazione Corrispondenza romana