Le laïcisme est le compagnon de lit plus présentable du communisme

(lesalonbeige) Le cardinal Francis George n’a pas pu participer au Synode sur la nouvelle évangélisation, car il souffre d’un cancer. Dans un billet publié en octobre sur le site de l’archevêché de Chicago, il met en garde sur un ton prophétique contre la dérive séculariste de l’Occident. Extrait de la traduction de Benoît-et-moi :

“[…] Le communisme a imposé un mode de vie global fondé sur la croyance que Dieu n’existe pas. Le laïcisme est le compagnon de lit plus présentable du communisme. Une petite ironie de l’histoire a surgi à l’ONU il y a quelques semaines lorsque la Russie a rejoint la majorité des autres nations pour vaincre les Etats-Unis et les pays d’Europe occidentale qui voulaient déclarer que tuer l’enfant à naître devrait être un droit universel de l’homme. Qui est du mauvais côté de l’histoire, aujourd’hui?

La campagne politique actuelle a amené à la surface de notre vie publique le sentiment anti-religieux, en grande partie explicitement anti-catholique, qui grandit dans ce pays depuis plusieurs décennies. La laïcisation de notre culture est un enjeu beaucoup plus important que les causes politiques ou les résultats de la campagne électorale actuelle, aussi importants soient-ils.

M’exprimant il y a quelques années devant un groupe de prêtres, entièrement en dehors du débat politique actuel, je tentais d’exprimer de manière dramatique ce que la laïcisation complète de notre société pourrait apporter. Je répondais à une question et je n’ai jamais mis par écrit ce que j’ai dit, mais les mots ont été capturés sur un smartphone et se sont désormais répandus comme un virus sur Wikipedia et ailleurs dans le monde des communications électroniques. On me cite (à juste titre) comme disant que je m’attendais à mourir dans mon lit, que mon successeur mourrait en prison et que son successeur allait mourir en martyr sur la place publique. Ce qui est en général omis dans les rapports, c’est la phrase finale que j’ai ajouté au sujet de l’évêque qui suivrait peut-être un évêque martyr: «Son successeur ramassera les débris d’une société en ruine et lentement aidera à reconstruire une civilisation, ce que l’Église a fait si souvent dans l’histoire humaine». Ce que j’ai dit n’est pas «prophétique» mais un moyen de forcer les gens à penser en dehors des catégories habituelles qui limitent et parfois empoisonnent les discours public et privé. […]”

Donazione Corrispondenza romana