Wuhan, d’un danger viral à l’autre - Corrispondenza romana
Print Friendly, PDF & Email

Wuhan, d’un danger viral à l’autre

Print Friendly, PDF & Email

(Fsspx.news – 3 avril 2020) Comme les trains, un virus peut en cacher un autre : on oublie de dire que c’est dans la ville de Wuhan (Chine), en 1958, qu’ont été sacrés de façon illicite les premiers évêques chinois contre la volonté du Saint-Siège, inoculant dans le pays le virus d’un schisme qui fait encore des ravages spirituels aujourd’hui. 

Wuhan, 12 mai 2010. Dix ans avant le virus SARS-CoV-2 qui devait déferler, telle une vague meurtrière, sur un monde dont les dogmes avaient désormais pour nom matérialisme, hédonisme, science et progrès technique, un évêque âgé de 90 ans – Mgr Bernardin Dong – s’éteignait à l’hôpital. Il était atteint depuis plusieurs années d’un cancer des poumons. 

Bernardin Dong avait vu le jour le 1er avril 1917. Entré chez les Franciscains en 1934, il fut ordonné prêtre en 1942. Quelques années plus tard, son Ordinaire était expulsé. Il s’agissait de l’évêque de Hankou, Mgr Maurice Rosa, un franciscain italien qui dut quitter la Chine devenue communiste le 2 octobre 1952. 

Le père Dong fut dès lors, comme l’ensemble du clergé catholique, soumis aux persécutions du Parti communiste chinois (PCC), qui aboutirent en 1957 à la création de l’Association patriotique des catholiques chinois. 


Sostieni Corrispondenza romana

Seleziona il metodo di pagamento
Informazioni Personali

Informazioni Carta di Credito
Questo è un pagamento sicuro SSL crittografato.

Totale Donazione: €100.00

Bernard Dong se soumit aux directives du PCC. Il prit part au Congrès national des catholiques chinois organisé pour l’occasion à Pékin, et, un an plus tard, le 13 avril 1958, il devint l’un des deux premiers évêques schismatiques ordonnés contre la volonté de Rome, dans la ville même de Wuhan… 

Près de trente ans plus tard, au début des années 1990, alors qu’une détente très relative s’installe dans l’empire du Milieu, sous le règne de Deng Ziaoping, Mgr Bernardin Dong est « réconcilié » en présence de deux évêques de l’Eglise souterraine, reconnus par Rome : Mgr Petrus Zhang Boren, évêque de Hanyang, et Mgr Odoric Liu Hede, évêque de Hankou, tous deux religieux franciscains comme Bernardin Dong. 

Si Rome avait finalement reconnu le caractère épiscopal de Mgr Bernardin Dong, ce dernier, très affaibli et quasi grabataire, a été utilisé par les autorités chinoises jusqu’à la fin de sa vie. Ainsi, le 30 avril 2006, depuis son fauteuil roulant, on lui faisait présider, assisté de huit évêques schismatiques, la cérémonie d’ordination épiscopale de Joseph Ma Yinglin. Ayant eu lieu à Kunming, cet acte était schismatique, le souverain pontife ayant refusé d’accorder son mandat pontifical. 


Sostieni Corrispondenza romana

Seleziona il metodo di pagamento
Informazioni Personali

Informazioni Carta di Credito
Questo è un pagamento sicuro SSL crittografato.

Totale Donazione: €100.00

Au virus du schisme initié à Wuhan en 1958, et qui prétend s’attaquer à l’unité de l’Eglise, cette note consolante qui est comme le souffle vital de l’Epouse du Christ, a succédé soixante ans plus tard un coronavirus qui s’attaque désormais aux poumons des mortels. Quoi d’étonnant, puisque les hommes ont oublié la prière qui est la vraie respiration de l’âme ?