Statement – Communiquè

PCH24.pl Ks. Oko: gender to totalitaryzm i wóz z szambem Visita Scarica questa immagine su: rawpixel.com | Dettagli licenza Autore: rawpixel.com  |  Ringraziamenti: rawpixel.com
PCH24.pl Ks. Oko: gender to totalitaryzm i wóz z szambem Visita Scarica questa immagine su: rawpixel.com | Dettagli licenza Autore: rawpixel.com | Ringraziamenti: rawpixel.com
Print Friendly, PDF & Email
Statement – Communiqué

13 May 2022

In the course of a dialogue with our Bishop, Msgr Dominique Rey—a meeting had been arranged for ten days’ time and a telephone conversation was promised for this week—the Chancellor of our diocese has today sent out to clergy an inflammatory statement which is creating confusion, if not scandal, to which we must respond.

We wish to state at the outset that we have sought to avoid publicity and scandal and to act discretely and to have private conversations with our bishop in order to move forward with him. In the light of this the Chancellor’s statement—which contains canonical and factual inaccuracies and falsehoods, possibly due to a misreading of English texts—is precipitous and for that reason alone it is more than regrettable.

Our monastic community has been frustrated in recent years by our Bishop’s unwillingness or inability to proceed with the ordinations that it has long since needed, despite these having been recommended by no fewer than three monastic visitators, the most recent in December 2021, out of a so-called “prudence”—though it has become increasingly clear that this “prudence” is based on fear of repercussions, a fear increased by the Holy See’s recent visitation of the diocesan seminary. Bishop Rey has often confirmed that this “prudence” is not based on any substantial doubt about the idoneity of any candidate, the need of the monastery for ordinations, or about the good that they would bring.

We wish to say that we understand many of the pressures on Bishop Rey and that his judgement in these questions is not a positive will on his part to inflict suffering upon us, or a wish to act unjustly. Even if an injustice results from his feeling trapped and unable to proceed because of outside factors, his good will and paternity have been a blessing for which we thank Almighty God.

The measures enacted in the last year by the Holy See in respect of the usus antiquior, most particularly the December 2021 responses of Archbishop Roche, have exacerbated this situation. The blanket ban on ordinations has put us, our vocations and our candidates in an impossible position. The integrity of our observance, liturgical and monastic, is gravely compromised. That which one Successor of Peter assured us to be true is contradicted by another. The content of the vows we have taken before God has been radically altered. This situation is itself a scandal and is untenable.

In January Msgr Rey informed us that he could not proceed with the ordinations recommended in the Visitation report from last December. We consulted with friends, including respected senior prelates, regarding our seemingly impossible situation. In our conversations we stressed our respect for the Bishop and our understanding of his position, as well as our predicament. The Prior made a pilgrimage to pray at the tomb of St Peter on the feast of His Chair for unity in the Church. One senior prelate offered to confer ordinations if the Bishop Rey remained unable to do so. We were taken aback by this offer: no request for ordinations was made of anyone.

Our Prior met with Bishop Rey once again to see if there was any other way forward. But once again it was clear that he could not envisage ordaining our men. Our frustration at this situation has developed into a substantial and grave fear. What if the Holy See removes the Bishop? What if the Holy See suppresses us along with other traditional communities that are ‘only’ Associations of the Faithful? Without a priest we could not even hope to weather the storm whilst waiting for better days. What if the diocesan priests due to supply Mass here cannot come—we would be without Mass, as we have been previously.

We carried all of these concerns with us into the depths of Lent. We studied them and prayed much about them. We placed them under the patronage of our Holy Father Saint Benedict, on whose feast day we decided to accept the offer made to us by the senior prelate, regarding it as a call to Orders justly made by a faithful successor of the apostles in truly exceptional circumstances.
We took this decision in good conscience before Almighty God, knowing that it would appear to involve material disobedience, but with the conviction that it was for the ultimate good of souls in a truly extraordinary situation in the life of the Church, fearing that if we did not accept this Providential opportunity our own vocations, and those of the young men who wish to come to us, would be jeopardised, if not lost. We have experienced a great peace in respect of this decision.

Therefore, in April, the aforementioned senior prelate in unimpeded communion with the Holy See ordained one of our men to the Subdiaconate and to the Diaconate on successive days, and ordained our Prior to the Priesthood according to the usus antiquior of the Roman rite in a discrete location not in France. No stipend was requested or offered, given or accepted, in respect of them. The ordinations were preceded by the necessary oaths and were been duly certified and witnessed. We will not reveal the name of the ordaining prelate.

The penalty incurred according to canon 1388 § 1—if it had in fact even been incurred, given the provisions of canon 1323—was remitted in accordance with canon 1355 § 2. [nb. numeration of the Code as of December 2021]

Upon our return we wrote to Bishop Rey to inform him and to ask to meet and consider how we are to move forward. We are resolved to remain faithful to our vows on our property in Brignoles no matter what transpires. That is our duty and our vocation before God. We have acted in good faith, even if because of necessity outside the canonical norms, and in spite of all we wish to remain in good relations and communion with our Bishop, his successors and the diocese.

We stated to Bishop Rey that if he judged that we must be publicly sanctioned, we will remain here and live our vows faithfully and wait for better times, much as did Dom Gerard when he was sanctioned in 1974 for having a bishop confer minor orders on the monks of his nascent monastery. Fifteen years later he was blessed as the first Abbot of Le Barroux.

For the sake of discretion, and to leave the Bishop free to decide how to proceed, we have kept the fact of the ordinations secret and have not exercised public ministry. But we have also said, in begging the bishop to avoid scandal, to provide priests for Mass. Before Almighty God we cannot allow the monastery to be deprived of Holy Mass or the sacraments again.

We have asked for and have received the promise of private conversations only to have them subsequently refused. We have received peremptory demands prepared by the Chancellor that strike a very different tone to the messages sent by the bishop. We have been told of unacceptable indiscretions in respect of us by the Chancellor. And finally we have received a “declaration” of a suspension of the orders received, which suspension has already been duly canonically remitted.

The Chancellor’s statement today, passed on to us third hand, contains matters that have not been communicated to us—as well as gross inaccuracies. We cannot think that Bishop Rey knowingly authorised these.
We remain hopeful that dialogue and reconciliation are possible. That is our fervent hope and prayer.

We apologise to any who may find this situation distressing, as indeed do we, and beg the understanding of all that before all else we must remain faithful to our vocation of a traditional Benedictine life of prayer and work, ratified and blessed by our Bishop in our foundational statutes and constitutions, and to our vows, taken before Almighty God according to them. We have lived thus for more than ten years now and pray to God we may do so for many more in fruitful communion with him.

It should be noted that any who may wish to use this as an occasion to make ad hominem attacks on any of the monks should know that on no occasion has the bishop had any cause to censure them in respect of faith or morals. In respect of the Prior, whom Bishop Rey invited to the diocese and incardinated in June 2009 following all due consultation and necessary processes, it is to be underlined that the bishop judged him idoneus to be superior of the monastery as recently as at the renewal of its statutes in January 2022. All other monks have been admitted and formed according to the correct processes—indeed stricter ones than those in place in other communities in the diocese.

We entrust the monastery and our vocations to the Blessed Virgin of Fatima, offering whatever sufferings we must endure for the reparation of our sins, for the liberty and unity of the Church, for our diocese and for Bishop Rey.

​ENDS.
Alors que le dialogue avec notre Évêque, Mgr Dominique Rey, était toujours en cours – une rencontre devait avoir lieu dans dix jours, et une conversation téléphonique était prévue cette semaine – le Chancelier de notre diocèse a envoyé aujourd’hui au clergé une déclaration incendiaire, qui est cause de confusion, sinon de scandale, et à laquelle nous nous devons de répondre.

Nous souhaitons de prime abord déclarer que nous avons tout fait pour éviter la publicité et le scandale, pour agir avec discrétion, et pour aller de l’avant avec notre Évêque dans un dialogue privé avec lui. En cela, la déclaration du Chancelier – qui contient des inexactitudes factuelles et canoniques ainsi que des contre-vérités, peut-être à cause d’une mauvaise lecture de textes en anglais – est prématurée ; pour cette seule raison, elle est déjà regrettable.

Ces dernières années, notre communauté monastique a été frustrée par le refus ou l’incapacité de notre Évêque à procéder à des ordinations dont le besoin se fait depuis longtemps sentir, bien qu’elles aient été recommandées par pas moins de trois visiteurs monastiques, le plus récent en décembre 2021. Cette attitude se fondait sur l’invocation de la “prudence” ; il était cependant de plus en plus évident que cette “prudence” émanait d’une crainte de conséquences adverses, une crainte amplifiée par la récente visitation par le Saint-Siège du séminaire diocésain. Mgr Rey a souvent confirmé que cette “prudence” ne se basait sur aucun doute significatif quant à l’idonéité d’aucun candidat, les besoins qu’a le monastère de ces ordinations, ou le bien qui en ressortirait.

Nous voulons clairement dire que nous comprenons bien des pressions auxquelles Mgr Rey est soumis, et que son jugement sur ces questions ne procède pas d’une volonté de sa part de nous faire souffrir, ou d’agir d’une façon injuste. Même si son sentiment d’être comme piégé et incapable d’agir comme il le voudrait en raison de facteurs externes résulte en une injustice, sa bonne volonté et sa paternité ont été et sont encore une bénédiction pour laquelle nous rendons grâces à Dieu.

Les mesures mises en place l’an dernier par le Saint-Siège concernant la forme extraordinaire du rite romain, et en particulier les réponses de Mgr Roche en décembre 2021, ont exacerbé ces tensions. L’interdiction totale des ordinations nous a mis, nous, ainsi que nos vocations et les candidats à l’entrée dans notre monastère, dans une situation impossible. L’intégrité de notre observance liturgique et monastique est gravement compromise. Ce qu’un successeur de Pierre nous a pourtant assuré être vrai se retrouve contredit par un autre. Le contenu des vœux que nous avons prononcés devant Dieu a été substantiellement altéré. Cette situation est, en elle-même, scandaleuse et intenable.

En janvier, Mgr Rey nous a informé qu’il ne pouvait pas procéder aux ordinations recommandées par le rapport de la Visitation de décembre dernier. Nous avons pris conseil auprès d’amis, y compris auprès de respectés prélats de haut rang, concernant notre situation apparemment impossible. Dans nos consultations, nous avons mis l’accent sur notre respect pour l’Évêque, notre compréhension vis-à-vis de sa position, ainsi que notre dilemme. Le Prieur fit un pèlerinage à la tombe de Saint Pierre, en la fête de sa Chaire, pour y prier pour l’unité de l’Église. Un prélat de haut rang offrit de conférer les ordres si Mgr Rey se trouvait plus longtemps incapable de le faire. Cette offre nous surprit ; nous n’avions demandé d’ordinations à personne.

Notre Prieur rencontra encore Mgr Rey pour examiner s’il n’y avait pas une autre façon d’aller de l’avant – mais une fois encore, il était clair qu’il ne pouvait pas envisager d’ordonner nos moines. Notre frustration face à cette situation a évolué en une considérable et lancinante crainte. Qu’arriverait-il si le Saint-Siège nous retirait notre Évêque ? Si le Saint-Siège nous supprimait avec d’autres communautés traditionnelles qui ne sont « que » des Associations de Fidèles ? Sans prêtre, nous ne pouvions espérer traverser la tempête en espérant des jours plus favorables. Et si les prêtres diocésains devant célébrer la Messe pour nous ne pouvaient plus venir ? Nous serions sans la Messe, comme nous le fûmes déjà auparavant.

Nous avons portées ces inquiétudes en nous dans les profondeurs du Carême. Nous avons beaucoup étudié et prié à leur sujet. Nous les avons placés sous le regard de notre Père Saint Benoît, et en sa fête, nous décidâmes d’accepter l’offre faite par ce prélat de haut rang, la considérant comme un appel aux Ordres légitimement fait par un successeur fidèle des Apôtres, dans des circonstances réellement exceptionnelles.

Nous avons pris cette décision en conscience devant Dieu, sachant qu’elle apparaîtrait comme matériellement désobéissante, mais avec la conviction qu’elle était pour le bien suprême des âmes, dans une situation proprement extraordinaire dans la vie de l’Église ; nous craignions que si nous n’acceptions pas cette offre providentielle, nos propres vocations, ainsi que celles des jeunes hommes désirant nous rejoindre, seraient mises en péril, voire perdues. Nous avons ressenti une grande paix dans cette décision.

Ainsi, en avril, le prélat de haut rang susmentionné, jouissant d’une communion sans entraves avec le Siège Apostolique, ordonna un de nos moines au sous-diaconat et au diaconat en deux jours successifs, et ordonna notre Prieur au sacerdoce, selon la forme extraordinaire du rite romain, en un lieu discret hors de France. Aucun paiement ne fut demandé, offert, donné ou accepté pour ces ordres. Ces ordinations furent précédées par les serments nécessaires, et ont été certifiées et attestées en bonne et due forme. Nous ne révélerons pas le nom du prélat ordinant.

La peine encourue selon le canon 1388 § 1 — si tant est qu’elle n’ait jamais été encourue, prenant en compte les provisions du canon 1323 — a été remise, selon les dispositions du canon 1355 § 2. [selon la numération du Code en décembre 2021]
À notre retour, nous écrivîmes à Mgr Rey pour l’informer et lui demander de le rencontrer pour envisager ensemble comment aller de l’avant. Nous sommes résolus à demeurer fidèles à nos vœux, sur notre propriété de Brignoles, quoiqu’il arrive. C’est là notre devoir et notre vocation devant Dieu. Nous avons agi de bonne foi, même si ce fut, par nécessité, hors des normes canoniques légitimes, et envers et contre tout nous désirons demeurer en relations amicales et en pleine communion avec notre Évêque, ses successeurs, et le diocèse.

Nous avons déclaré à Mgr Rey que s’il jugeait devoir nous sanctionner publiquement, nous resterions ici et vivrions nos vœux aussi fidèlement que possible en attendant de meilleurs jours, comme le fit Dom Gérard en 1974 quand il fut sanctionné pour avoir laissé un évêque conférer les ordres mineurs à des moines de son monastère encore naissant. Quinze ans plus tard, il fut béni comme le premier Abbé du Barroux.

Par discrétion, et pour laisser l’Évêque libre dans sa décision pour la suite, nous avons conservé le secret concernant ces ordinations et n’avons pas exercé de ministère publiquement. Mais nous avons aussi supplié l’Évêque d’éviter le scandale, en fournissant des prêtres pour célébrer la Messe. Devant Dieu, nous ne pouvons permettre que le monastère soit encore une fois privé de la Messe quotidienne ou des sacrements.

Nous avons demandé et avons reçu la promesse d’entretiens privés, avant de les voir refusés par la suite. Nous avons reçu du Chancelier des exigences péremptoires qui contrastent étonnamment avec le ton des messages envoyés par l’Évêque. On nous a rapporté des indiscrétions inacceptables de la part du Chancelier en ce qui nous concerne. Finalement, on nous a communiqué une « déclaration » de suspension des ordres que nous avons reçus, déclaration qui a déjà été remis en bonne et due forme.

La déclaration du Chancelier aujourd’hui, qui nous est parvenue par un tiers, contient des éléments qui ne nous ont pas été communiqués, ainsi que de grossières inexactitudes. Nous ne pouvons penser que Mgr Rey les ait autorisées en connaissance de cause.

Nous avons toujours espoir que le dialogue et la réconciliation sont possibles. C’est là notre fervent espoir et notre prière.

Nous demandons pardon à tous ceux qui pourraient trouver cette situation angoissante, comme elle l’est pour nous, et demandons à tout le monde de bien comprendre qu’avant toute chose, nous devons rester fidèle à notre vocation d’une vie bénédictine traditionnelle de prière et de travail, ratifiée et bénie par notre Évêque dans les statuts et constitutions de notre fondation, ainsi qu’à nos vœux, que nous avons prononcé devant Dieu en vertu de ceux-ci. Nous avons ainsi vécu depuis plus de dix ans, et prions Dieu qu’il nous soit accordé de faire de même pour de nombreuses autres années, dans une communion fructueuse avec notre Évêque.

Que ceux qui voudraient user de cette situation comme occasion pour des attaques personnelles contre nos moines veuillent bien noter qu’en aucune occasion l’évêque n’a eu de raison de les censurer en ce qui concerne la foi ou la morale. En ce qui concerne le Prieur, que Mgr Rey a invité dans le diocèse et incardiné en juin 2009, faisant toutes les consultations requises et appliquant les procédures nécessaires, il faut souligner que l’Évêque l’a jugé idoine pour être supérieur du monastère aussi récemment que lors de la reconduction de ses statuts en janvier 2022. Tous les autres moines ont été admis et ont suivi leur formation suivant les procédures en vigueur – et même selon des procédures plus strictes que celles ayant cours dans d’autres communautés du diocèse.

Nous confions le monastère et nos vocations à Notre-Dame de Fatima, offrant en réparation pour nos péchés toute souffrance que nous pourrions subir, pour la liberté et l’unité de l’Église, pour notre diocèse, et pour Mgr Rey.

​FIN.

Iscriviti a CR

Iscriviti per ricevere tutte le notizie

Ti invieremo la nostra newsletter settimanale completamente GRATUITA.