Réparons l’outrage fait à Marie par l’idolâtrie de la Pachamama! - Corrispondenza romana
Stampa la Notizia

Réparons l’outrage fait à Marie par l’idolâtrie de la Pachamama!

(Le Blog de Jeanne Smits – 29 novembre, 2019) Nous devons réparer les outrages faits à notre Mère à l’occasion du synode sur l’Amazonie ! Rejoignez-nous, le 12 décembre, pour exprimer notre amour à Marie, la toute belle !

Si les statuettes de la Pachamama sont, comme l’a affirmé un exorciste mexicain, une « parodie » de Notre Dame de Guadalupe, à l’horreur du culte rendu à la Terre-Mère à l’occasion du synode sur l’Amazonie s’est ajouté l’outrage à l’égard de la plus belle des créatures, la Très Sainte Vierge Marie.

Elle s’est révélée à l’humble Indien Juan Diego au Mexique en 1531, laissant imprimée sur sa tilma – manteau en forme de couverture – l’image miraculeuse que nous vénérons encore aujourd’hui et qui recèle de si étonnants mystères, inexplicables en dehors du miracle.

L’Impératrice des Amériques, dont la visite miraculeuse a précédé le basculement spectaculaire des peuples indigènes d’Amérique centrale et du sud dans la religion du vrai Dieu, Un et Trine, après des siècles d’oppression démoniaque, est un modèle parfait d’inculturation.

Du foisonnement de symboles – à la fois indigènes et espagnols – contenus dans l’image de la « Morenita », la Vierge aux traits de métisse, pleine d’amour et de pudeur, on peut retenir ceci : elle porte à la fois les signes indigènes de la virginité et de la grossesse ; elle est enceinte et donnera bientôt naissance ; elle est revêtue d’étoiles qui dessinent l’état du ciel le 12 décembre 1531 au-dessus de Mexico, et celle qui se trouve sous son cœur, à l’endroit où repose l’Enfant qu’elle porte, est Regulus… le petit Roi.

Et on a voulu lui comparer l’horrible Pachamama promenée dans Rome et jusque dans la Basilique Saint-Pierre ! C’est insupportable. Insultant. Indigne.

Je vous propose que le jeudi 12 décembre prochain, jour de la fête liturgique de Notre Dame de Guadalupe, nous disions tous, catholiques et aimant notre Mère, un chapelet et une prière de réparation. Si possible en formant un groupe. Si possible dans l’église, la chapelle, le sanctuaire le plus proche. Ou chez une personne âgée, un malade qui ne peut se déplacer. Il n’y a rien de plus simple, mais rien de plus nécessaire non plus.

A chacun de se mobiliser, comme il le pourra.

Ce sera notre manière de jeter la Pachamama dans le Tibre !

Je n’ai pas les moyens de vous faire un envoi d’images par la poste, mais si vous souhaitez obtenir un PDF imprimable avec l’image de Notre-Dame et le texte de la prière de réparation pour les outrages faits au Cœur Immaculé de Marie, je vous propose de m’envoyer un courriel à [email protected] et je vous le ferai parvenir par ce même moyen.

Et s’il vous plaît, aidez-moi à faire circuler cette initiative en partageant ce message autour de vous !