Le pape François choisit Mgr Olivier de Germay pour succéder au cardinal Barbarin à Lyon - Corrispondenza romana
Print Friendly, PDF & Email

Le pape François choisit Mgr Olivier de Germay pour succéder au cardinal Barbarin à Lyon

Print Friendly, PDF & Email

(Jean-Marie Guénois, Le Figarò – 22 octobre 2020) Pour prendre la succession du cardinal Philippe Barbarin, à Lyon, le pape François a choisi un évêque classique et diplomate, ancien officier parachutiste, Olivier de Germay. Ce « jeune » évêque de 60 ans était depuis 2012 évêque d’Ajaccio (Corse-du-Sud). Bien que considéré moins important que l’archevêque de Paris, il devient ainsi le Primat des Gaules, c’est-à-dire l’évêque titulaire du siège épiscopal le plus ancien de l’Église de France. C’est un poste capital pour l’Église qui va projeter ce discret personnage au premier rang national où il sera amené à prendre des positions fortes.

Discret, Mgr de Germay l’est en effet. Cet homme de prière a toujours fui la notoriété pour se consacrer à sa mission de prêtre et d’évêque qu’il aborde par l’intériorité. Choisi pour devenir évêque par Benoît XVI en 2012, il se rangerait plutôt dans cette spiritualité et façon de vivre l’Église. Sans oublier que cet ancien élève de Saint-Cyr, plutôt frêle d’aspect – il fut toutefois membre du premier régiment des Hussards parachutistes de Tarbes et il a servi en Afrique et en Irak – s’est formé à la théologie à Paray-le-Monial, puis à Rome à l’institut pontifical Jean-Paul II pour la famille. Le pape François a d’ailleurs choisi le jour de la Saint Jean-Paul II, ce 22 octobre, pour annoncer cette nomination.

 

Discret donc mais déterminé. Que cela soit sur les sujets de société ou de morale et de théologie catholique, Mgr de Germay soucieux d’une belle liturgie mais sans crispation, a toujours témoigné de prises de position orthodoxes, sans concession sur le fond mais qu’il a l’art de faire passer en douceur, par un fort témoignage de cohérence personnelle et de vie de prière, devant des publics les plus difficiles.

Son premier public difficile sera le diocèse de Lyon, sans doute le plus complexe à gouverner de France et particulièrement blessé, et divisé, par ce que l’on a appelé « l’affaire Barbarin », une plaie encore ouverte dans la communauté catholique lyonnaise et française.


Sostieni Corrispondenza romana

Seleziona il metodo di pagamento
Informazioni Personali

Informazioni Carta di Credito
Questo è un pagamento sicuro SSL crittografato.

Totale Donazione: €100.00