Un enseignant italien accusé d’avoir mal parlé de l’homosexualité

liceo Foscarini di Venezia(leblogdejeannesmits) Un professeur de religion en Italie est sous le feu des médias depuis qu’on l’accuse d’avoir affirmé en classe que les personnes qui adoptent un style de vie gay « ne naissent pas comme ça » et devraient suivre une thérapie.

Enrico Pavanello, 49 ans, est professeur dans le plus ancien lycée de Venise, Foscarini du Venezia, et a donc affaire à de grands adolescents qui en l’occurrence lui avaient posé des questions sur l’homosexualité. En réponse il les avait invités à réfléchir de manière critique à propos de plusieurs lieux-communs sur l’homosexualité ; il avait notamment signalé que le rapport Kinsey, qui évalue la proportion d’homosexuels à 10 % d’une population donnée, a été largement démonté.

C’est un de ses élèves, mécontent, qui a posté sa retranscription des propos du professeur sur facebook. Il assure que Pavanello a déclaré : « Personne ne naît gay, les gens deviennent comme ça en faisant un choix spécifique, et par conséquent quiconque fait ce choix doit chercher à en guérir. » Il avait pris soin de distinguer entre les mots « gay » et « homosexuel », précisant que ce dernier qualifie ceux qui ont des attirances homosexuelles, tandis que « gay » fait référence à un style de vie et des comportements précis. « Qui a dit qu’un homosexual devrait s’identifier à l’idéologie gay ? », aurait-il demandé.

Il avait également dit que le refus du mariage aux couples homosexuels n’était pas une discrimination parce que celle-ci n’existe que lorsqu’on traite différemment des choses égales.

Le tollé qui a accueilli cette publication par un élève de Pavanello l’a conduit à s’exprimer dans la presse pour dire qu’il s’expose désormais à des sanctions disciplinaires de la part de la direction de son lycée. Il a précisé qu’il ne cherchait à offenser personne : « Le texte qui a été donné au étudiants est un résumé de différentes lectures, de critiques, d’articles qui n’expriment pas ma pensée. Mon intention était de fournir des éléments aux étudiants en vue d’apporter une stimulation au débat autour d’un thème que les élèves eux-mêmes ont soulevé. »

Comme souvent dans ces affaires les excuses arrivent vite. Le tabou est déjà bien installé…

Donazione Corrispondenza romana