Le “père” de l’avortement légal en Grande-Bretagne met en garde contre la légalisation…

David Steel(leblogdejeannesmits) Il s’appelle Lord David Steel, libéral. C’est lui qui, en 1967, a donné leur forme aux lois autorisant l’avortement en Grande-Bretagne, on l’appelle même leur « architecte ». A l’heure où l’Irlande s’apprête à prévoir elle aussi des situations où il sera légalement possible de mettre fin à la vie d’enfants à naître, il a fait des déclarations surprenantes, presque comme des regrets. « Je n’avais jamais envisagé qu’il y aurait autant d’avortements », explique-t-il à propos de la loi britannique qu’il a fortement contribué à adopter, prévoyant la dépénalisation jusqu’à 28 semaines dans diverses situations.

Une loi qui permettrait aux femmes de réclamer un avortement sur la foi de cases cochées sur un formuaire serait « très difficile à mettre en œuvre », a-t-il averti : c’est pourtant la voie envisagée pour les cas de danger pour la vie de la mère et éventuellement en cas de menace de suicide de la femme enceinte qui repose encore plus sur ses déclarations subjectives (ou opportunistes).

Lord Steel le dit tout net : « Je crois que ce serait une erreur d’essayer de fixer une loi pour l’avortement pour les catégories comme le suicide ou le viol. »

Pourquoi ? Parce que sans de telles catégories, on arrive déjà à quelque 200.000 avortements par an en Grande-Bretagne, soit une grossesse sur cinq. Pourtant la loi britannique ne prévoit pas l’avortement pour raisons sociales… Niamh Ui Bhriain, responsable du Life Institute en Irlande, commente : « Ce que l’expérience britannique nous apprend, c’est que la légalisation de l’avortement pour cause de (risque) de suicide conduirait à l’abus massif de la loi. En Grande-Bretagne, la plupart des avortements sont pratiqués pour des raisons sociales – mais la justification officielle de la mise à mort de l’enfant est le risque pour la santé mentale de la mère. »

On sait aussi qu’aujourd’hui en Grande-Bretagne un tiers des avortements sont pratiqués sur des femmes ayant déjà subi un avortement, et un nombre croissant de femmes en sont à leur cinquième avortement… Toujours selon les critères supposés restrictifs de la loi.

« Il semblerait qu’on soit en train de faire l’erreur en Irlande d’essayer de définir les circonstances où chaque avortement pourra être pratiqué et c’est là un chemin à parcourir qui est sans espoir », a déclaré Lord David Steel, cité par l’Irish Independent.

Lord Steel reste personnellement favorable à l’avortement mais semble préférer un loi qui ne crée pas d’emblée une sorte de droit automatique à l’intervention… Cela n’en fait pas un « pro-vie », loin s’en faut, mais souligne tout de même le fondamental danger des lois systématiques qui est de faire exploser le nombre d’avortements.

Niamh Ui Bhriain rappelle à cette occasion que de 1992 à aujourd’hui, pas un seul avortement sur une femme irlandaise pratiqué en Grande Bretagne n’a eu pour cause la nécessité de « sauver la vie de la mère ».

En Angleterre et au Pays de Galles, depuis 1967, seuls 143 avortements (sur plus de 6 millions) ont eu pour motif la volonté de « sauver la vie de la mère » ou de l’empêcher de « subir un dommage grave sur le plan physique ou mental » (voir ici).

Donazione Corrispondenza romana